PROPRIETAIRES DU CHATEAU DE LA RIVIERE BOURDET

 
                            

 

Premiers Seigneurs de la Rivière Bourdet 1283 à 1386
 Famille BOURDET  _

 

Etienne Bourdet, tué en 1283 sur le pont de Rouen, fut le 1er propriétaire du château construit au XIIIème, entouré de.douves alimentées par les marées de la Seine ( mouvements d’eau comme une rivière d’où le nom donné au Château Rivière Bourdet)

Le Seigneur avait un droit d’usage en forêt de Roumare

( bois de chauffage et chasse)

 

         1347: Johanne BOURDET  = Dame de la Rivière Bourdet,

 épouse en 2ème noce Jean roi d’Yvetot.

Ensuite, Martin roi d’Yvetot héritera du château.

 

1521 à 1570 : FAMILLE DURAND

 

1521 : Jean DURAND achète le manoir ( il était marchand à Rouen et faisait le commerce du sel). Mort en 1534.

Sa fille, héritière, Catherine Durand  avait épousé Thomas Maignart, Seigneur de Bernières en 1524.

 

 

1570 à 1717 : FAMILLE MAIGNART DE BERNIERES

 

1570 : Jehan Maignart, Seigneur de Bernières, Conseiller du roi et Général en la cour des aides de Normandie (catholique) hérite du Château pour moitié. L’autre moitié ayant été héritée par François de Pardieu, protestant

 

1572 : mise à sac et destruction du manoir, le lendemain de la Saint Barthélémy, car le propriétaire était protestant et avait abrité de hauts personnages de l’état

 

1582 : Charles I Maignart de Bernières, Président à mortier au Parlement de Normandie, hérite pour moitié du Château  L’’autre moitié revient à Centurion de Pardieu dont Charles rachète les droits de propriété en 1601, devenant ainsi l’unique propriétaire.

 

Durant 7 générations les MAIGNART DE BERNIERES seront propriétaires du Château de la Rivière Bourdet.

 

Le Château actuel a été probablement reconstruit entre 1621 et 1668 à l’initiative de Charles II Maignart de Bernières, homme de lettres et de goût, héritier de la Rivière Bourdet en 1621; (les poèmes de Grisel dédiés à Charles II, en 1635, évoquent le château) A sa mort (en 1632), son épouse, Françoise Puchot, fait poursuivre les travaux.

 

Dans la famille Maignart de Bernières, on compte 3  Présidents du Parlement de Normandie. Ils étaient amis de Port Royal, propagandistes du Jansénisme.

 

        

1632 : Charles III Maignart de Bernières, ami de Blaise PASCAL (qui est probablement passé à Quevillon) se démit de sa charge de Président pour se consacrer aux pauvres et aux malades en cette période de Fronde. , aux cotés des Jansénistes. Il fut surnommé le Procureur des Pauvres et fit construire à Rouen  l’ hôtel aux malades dit Hôtel Dieu ( actuelle préfecture de Rouen)

 

En 1669, Charles Maignart, chevalier seigneur de Bernières et de la Rivière Bourdet, vend son fief de Bernières (près de Vernon) pour ne garder que la Rivière Bourdet.

 

En 1678, Louis XIV érige en marquisat de Bernières les seigneuries et terres appartenant à Etienne Maignart (propriétaire du château de la  RIVIÈRE BOURDET. depuis 1662).

 

1717 : Gilles Henri Maignart, Marquis de Bernières, Président à mortier du Parlement de  Normandie, époux de Marguerite du Moustier, hérite du Château. Elle reçut Voltaire à plusieurs reprises entre le 7 Octobre 1722 et le 16 Octobre 1726,où il écrivit une partie de « La Henriade » et « Marianne ».

La Marquise de Bernières fit replanter le parc à la française et entretenir les canaux. Elle n’eut pas d’enfant, la famille du Moucel, Marquis de Torcy, hérita du Château en 1734 et resta propriétaire de la  RIVIÈRE BOURDET  pendant 4 générations.

 

 

1734 à 1818 : FAMILLE DU MOUCEL, MARQUIS DE TORCY

 

 

1818 à 1862 : DUCHESSE DE FITZ-JAMES

 

En 1818, Antoinette Sidonie de Choiseul, veuve du Marquis de Torcy,

épouse du Duc de FITZ-JAMES (descendant de Jack II Stuart, roi  catholique d’Angleterre) hérite du Château de la  RIVIÈRE BOURDET. Le duc de F.J était ami de BALZAC.

 

Sa nièce, la Marquise de CASTRIES résida à Quevillon où elle reçut l’écrivain  en 1834- 1835 . 

Dans un de ses romans, ( le Médecin de Campagne) Balzac situe l’action au Château de Rosembray, en tous points semblable à la Rivière Bourdet.

L’ héroïne « la Duchesse de Langeais » évoque Mme de Castries..
          La Duchesse de Fitz-James fit faire d’importants travaux de restauration des façades, combler les douves et remanier les jardins à l’anglaise. Elle aménagea la Chapelle là où elle se trouve actuellement (auparavant, elle se trouvait au bout de l’aile nord, aménagée par Charles Maignart en 1733. Il reste des peintures murales). La cloche de bronze de l’ancienne chapelle sera installée en haut du campanile sur la façade principale, les heures étant sonnées par un marteau de cuivre.

Les armoiries Fitz-James de Choiseul se trouvent sur la façade Ouest du Château (face à la Seine) et sur la fontaine dans le hall.

Sur la façade Est ( cour d’honneur), on voit les armoiries de Montholon- Choiseul (agneau surmonté de 3 roses à gauche, tour crénelée et patte d’ours à droite, le tout surmonté par la couronne princière des Montholon)

 

 

1862 à1940 : Famille de MONTHOLON

 

En 1862, au décès de Mme de Fitz James, sa nièce, Marie Sidonie de Moreton de Chabrillan, épouse du Marquis Louis François de Montholon Sémonville, Prince d’Umbrieto del Preceto (en Italie), par la grâce du Pape Pie IX depuis 1847,  hérite du Château de la RIVIÈRE BOURDET.

L’aïeul du Prince, le Comte de Montholon fut Général d’Empire et accompagna Napoléon à Sainte Hélène. L’empereur lui avait légué quelques souvenirs personnels  (chapeau, tenue et épée d’apparat) qui furent déposés à Quevillon et emportés par Goering en 1940.

Le Château de la RIVIÈRE BOURDET. fut occupé par la famille de Montholon jusqu’en 1909. Jean de Montholon laissa alors Quevillon pour s’installer en Italie, laissant la RIVIÈRE BOURDET. en usufruit à ses cousins.

 

 

1940 à 1962 : Famille de CANDE

 

En 1940, Mme de CANDE ( fille de Jean de Montholon) hérite du Château qui, à sa mort, revient à ses fils qui le vendront en 1962

Le château est alors pillé de toutes ses richesses. Les marqueteries, boiseries, cheminées, parquets sont éparpillés lors de ventes aux enchères. La batisse elle-même aurait été vendue pour être démontée si les Monuments Historiques n’avaient été alertés et n’avaient interdit la démolition de ce patrimoine du XVIIeme siècle.

 

1962 : vente à M. DUVAL.

1963 : vente à M. DEHAYE

1966 : vente à Mme RAGU qui avec son époux feront de nombreux travaux pour y aménager une maison de retraite et sauveront ainsi cette demeure de l’abandon.
Le Château de la Rivière Bourdet fut une maison de retraite de
1966 à 1995.

 

 

Retour au sommaire





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement